Berliner Tageszeitung - Les Emmy Ewards débutent, duel attendu entre "Squid Game" et "Succession"

Börse
Euro STOXX 50 0.01% 3962.41
MDAX -0.32% 25971.45
TecDAX -0.29% 3118.19
DAX 0.01% 14541.38
SDAX -0.57% 12511.05
Goldpreis 0.48% 1754 $
EUR/USD -0.07% 1.0405 $

Les Emmy Ewards débutent, duel attendu entre "Squid Game" et "Succession"




Les Emmy Ewards débutent, duel attendu entre
Les Emmy Ewards débutent, duel attendu entre "Squid Game" et "Succession" / Foto: © AFP

Les Emmy Awards ont débuté lundi avec leur première cérémonie physique tenue dans un théâtre depuis la pandémie, une soirée qui doit voir s'affronter la série coréenne "Squid Game" et le mastodonte de HBO "Succession" pour le prix de la meilleure série dramatique.

Textgröße:

Le présentateur Kenan Thompson a lancé les festivités avec une série de danses sur plusieurs génériques de séries au succès planétaire, comme "Friends" ou "Game of Thrones". "La télévision, c'est tout ce que nous avons", a-t-il résumé.

Le phénomène coréen "Squid Game" a une chance d'entrer dans l'histoire de cette compétition, équivalente des Oscars de la télévision américaine. Sombre et violente dénonciation des dérives du capitalisme, dans laquelle des miséreux s'entretuent lors de jeux d'enfants cruels avec l'espoir de remporter des millions, la sanglante oeuvre de Netflix pourrait devenir la première production en langue non-anglaise à rafler la récompense majeure.

Un succès qui s'inscrirait dans les pas du film coréen "Parasite", qui avait remporté l'Oscar du meilleur film en 2020.

- Succession, un adversaire de poids -

Mais, pour l'emporter à Los Angeles, la série devra devancer un sérieux adversaire: "Succession", production déjà récompensée il y a deux ans pour sa chronique d'une puissante famille dont les membres complotent et s'entre-déchirent.

Cette série aux accents shakespeariens semble mener la danse avec 25 nominations, et reste la favorite, selon les experts interrogés par le site spécialisé Gold Derby.

Le chroniqueur cinéma de Deadline Pete Hammond mise toutefois sur un prix de meilleur acteur pour Lee Jung-jae, l'acteur principal de "Squid Game". De quoi faire du Sud-Coréen le premier gagnant de ce prix pour une performance dans une autre langue que l'anglais.

Le drame coréen a d'ailleurs déjà remporté quatre récompenses dans des catégories mineures, remises début septembre lors des Creative Emmys, dont le prix de meilleure apparition dans une série attribué à l'actrice Lee Yoo-mi.

Les séries "Severance" (Apple TV+), métaphore inquiétante sur le monde du travail, et "Ozark" (Netflix), qui explore le blanchiment d'argent et les vices de la classe moyenne américaine, visent elles aussi le prix de la meilleure série dramatique.

Dans ce genre de séries, Zendaya, déjà récompensée en 2020, a toutes les chances d'être encore élue meilleure actrice pour son rôle d'adolescente toxicomane dans "Euphoria".

- Comédies et mini-séries -

Côté comédies, "Ted Lasso" (Apple TV+), vainqueur l'an dernier, semble bien parti pour rempiler. Dans la série, Jason Sudeikis incarne un entraîneur de football américain parachuté dans une équipe de foot anglaise.

Nominé dans la catégorie meilleur acteur d'une comédie, il affronte Bill Hader, pour son rôle de tueur à gages qui se rêve en star hollywoodienne dans la série "Barry".

Chez les femmes, Jean Smart est largement pressentie pour être à nouveau élue comme meilleure actrice, pour sa performance dans "Hacks", une comédie où elle campe le rôle d'une humoriste vieillissante de Las Vegas, forcée de se réinventer.

Comme chaque année, la catégorie mini-série, qui récompense les productions limitées à une seule saison, apportera du sang neuf.

Quatre des cinq prétendants s'inspirent de scandales réels. "Dopesick" examine la dépendance meurtrière des Etats-Unis aux opioïdes, "The Dropout" aborde la fraude montée par la start-up médicale Theranos, "Pam and Tommy" retrace les dessous de la publication de la sex-tape de Pamela Anderson, et "Inventing Anna" suit l'histoire d'une jeune Russe qui a longtemps trompé le gotha new-yorkais en se faisant passer pour une riche héritière allemande.

Mais dans cette catégorie, la satire tragi-comique "The White Lotus", qui tacle l'hypocrisie ambiante d'un hôtel de luxe hawaïen, semble favorite avec huit nominations.

Michael Keaton a de son côté reçu l'Emmy du meilleur acteur dans une mini-série, pour son rôle dans "Dopesick".

O. Joergensen--BTZ