Berliner Tageszeitung - Retraite: Macron propose report progressif à 65 ans, montant minimum et suppression de régimes spéciaux, annonce Attal

Börse
EUR/USD 0.03% 0.983 $
Euro STOXX 50 0.72% 3342.17
SDAX 1.18% 10648.82
MDAX 1.33% 22670.64
TecDAX 1.68% 2716.46
DAX 0.78% 12209.48
Goldpreis 0.34% 1707.8 $

Retraite: Macron propose report progressif à 65 ans, montant minimum et suppression de régimes spéciaux, annonce Attal




Retraite: Macron propose report progressif à 65 ans, montant minimum et suppression de régimes spéciaux, annonce Attal
Retraite: Macron propose report progressif à 65 ans, montant minimum et suppression de régimes spéciaux, annonce Attal / Foto: © AFP

Le candidat Emmanuel Macron proposera dans son programme un allongement progressif de l'âge de départ à la retraite à 65 ans, "un minimum de retraite à 1.100 euros" pour les carrières complètes, et la "suppression des principaux régimes spéciaux", a annoncé jeudi le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal.

Textgröße:

"Dans le programme d'Emmanuel Macron il y aura la proposition d'allonger l'âge de départ à la retraite et de le passer progressivement à 65 ans", a-t-il déclaré sur RTL, confirmant une information des Echos. Ce sera donc "une réforme de responsabilité", a-t-il défendu.

Ce sera aussi une réforme "de justice", avec une retraite minimum à 1.100 euros "pour ceux qui ont une carrière complète", et la suppression de régimes spéciaux, "par exemple de la RATP ou d'EDF, comme on l'a fait pour la SNCF pour les nouveaux entrants", a ajouté M. Attal.

"Il y aura une discussion avec les syndicats", a-t-il aussi souligné, ajoutant que le président de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand, "pour le compte du candidat Emmanuel Macron, présente (ce) projet de réforme à la CFDT aujourd'hui à l'occasion d'une audition".

Concernant la retraite minimum pour les carrières complètes, il a rappelé que le gouvernement l'avait "fait déjà pour les agriculteurs", avec une retraite minimum portée pour eux à 85% du Smic puis "étendue ensuite aux conjoints et aux aidants".

Défendant le principe de cette réforme qui "fait partie des réformes prioritaires", le porte-parole du gouvernement a estimé qu'"on va avoir dans cette élection présidentielle un choix de société: est-ce qu'on veut encore pouvoir financer une protection pour les Français et investir pour les Français ? Nous on dit oui. Est-ce qu'on pense qu'il faut le faire en augmentant les impôts ? Nous on dit non. Et donc il faut travailler plus".

"Il s'agit aussi de s'aligner sur la plupart de nos voisins et des pays comparables", a encore plaidé Gabriel Attal.

I. Johansson--BTZ