Berliner Tageszeitung - Mondial: affaiblis, les Bleus s'envolent pour Doha

Börse
SDAX -0.57% 12511.05
MDAX -0.32% 25971.45
TecDAX -0.29% 3118.19
Euro STOXX 50 0.01% 3962.41
Goldpreis 0.48% 1754 $
DAX 0.01% 14541.38
EUR/USD -0.07% 1.0405 $

Mondial: affaiblis, les Bleus s'envolent pour Doha




Mondial: affaiblis, les Bleus s'envolent pour Doha
Mondial: affaiblis, les Bleus s'envolent pour Doha / Foto: © AFP

Assommée par une nouvelle blessure, celle de Christopher Nkunku, l'équipe de France atterrit mercredi au Qatar à six jours de son entrée en lice au Mondial-2022, trophée convoité par l'astre Lionel Messi, également attendu dans l'émirat avec l'Argentine.

Textgröße:

Dans l'avion pour Doha, l'homme aux sept Ballons d'Or ne rêvera que d'une chose, décrocher enfin le trophée suprême à sa cinquième tentative... Mais son jeune coéquipier du Paris SG, Kylian Mbappé, ne compte pas le lâcher si facilement.

Après deux jours de rassemblement au centre d'entraînement de Clairefontaine (Yvelines), essentiellement dédiés à la récupération, "Kyky" et les Bleus rentrent dans le vif du sujet mercredi, avec ce départ pour Doha.

Au moment de décoller du Bourget, peu après 10h30, ils auront sans doute une pensée émue pour Nkunku. L'actuel meilleur buteur d'Allemagne fêtait lundi son 25e anniversaire avec le sourire, mais c'est en grimaçant qu'il a quitté les siens, mardi soir, blessé lors de l'ultime entraînement des Bleus.

Le verdict est tombé tard dans la soirée de mardi: entorse au genou gauche, forfait inévitable. Après Paul Pogba, N'Golo Kanté, Presnel Kimpembe et Mike Maignan, qui ont eux aussi jeté l'éponge, c'est une hécatombe pour les champions du monde.

Pourtant, ces derniers doivent vite se plonger dans leur compétition.

En fin d'après-midi, ils prendront leurs quartiers à l'hôtel Al Messila, à l'ouest du centre ville, un havre de paix cinq étoiles apprécié par le staff pour sa quiétude et ses espaces verts.

Pas de quiétude, néanmoins, pour le staff médical, attentif au rétablissement du leader défensif Raphaël Varane et du Ballon d'Or Karim Benzema, tous deux touchés à une cuisse à des degrés divers.

Blessé plus sérieusement, Varane "a le moral et de bonnes sensations", a assuré Deschamps lundi. "On ne va pas brûler les étapes non plus mais il est censé être disponible pour le premier match", a-t-il prévenu, espérant voir le défenseur jeudi à l'entraînement collectif, à cinq jours de France-Australie.

- Droits humains -

L'état physique des troupes n'est pas le seul point chaud du début de rassemblement.

Les Bleus ont travaillé, d'une part, sur les contours de la future convention devant régir l'exploitation de leur droit à l'image, un sujet crispant depuis le printemps dernier.

Et ils ont été sommés, d'autre part, de prendre position sur les polémiques entourant le pays organisateur, ciblé par les ONG sur sa gestion des droits humains, notamment sur les chantiers de la Coupe du monde.

Les critiques seront-elles éteintes par l'engagement pris par les Bleus, mardi, d'apporter un soutien financier à des ONG œuvrant "pour la protection des droits humains", en rappelant au passage leur "attachement" au "refus de toute forme de discrimination" ?

Leur capitaine Hugo Lloris a assumé auprès de l'AFP qu'il souhaitait "garder le focus sur le jeu et éviter de perdre de l'énergie avec ces éléments, qui ne sont malheureusement pas du ressort" des joueurs.

Et il a confirmé, par ailleurs, avoir renoncé à l'idée de porter au Qatar un brassard de capitaine à bandes colorées, en faveur de l'inclusion. Une initiative lancée par plusieurs sélections européennes, mais pour laquelle la Fifa n'a toujours pas donné son accord, à quatre jours du coup d'envoi du tournoi.

- "La Pulga" à Doha -

D'autres sélections ont pris moins de pincettes pour prendre position.

Le camp d'entraînement des Américains a été pavoisé d'un drapeau arc-en-ciel, celui des luttes pour les droits des personnes LGBTQ+, alors que l'homosexualité est criminalisée dans l'émirat, premier pays arabe organisateur du Mondial.

Les stars du football, elles, se prêtent au jeu des pronostics, depuis quelques jours.

Pour le buteur de Manchester City Erling Haaland, qui regardera le Mondial à la télévision faute de qualification de la Norvège, "les favoris devraient être le Brésil, l'Argentine, la France et peut-être l'Angleterre".

En Argentine, Leo Messi a tempéré l'enthousiasme débridé de ses compatriotes: "Nous ne serons pas champions d'entrée comme le pensent les Argentins". "Le Brésil, la France et l'Angleterre sont un peu au-dessus du reste", juge-t-il.

"La Pulga" et l'Albiceleste sont attendus tard mercredi soir à Doha: ils disputent d'abord un match amical contre les Émirats arabes unis, à Abou Dhabi (16h30, heure de Paris), avant de rejoindre le Qatar, à quelques centaines de kilomètres à l'ouest.

Mbappé, Benzema, Messi... En attendant Cristiano Ronaldo, vendredi, et Neymar, samedi, le Qatar commence à se parer de stars.

Y. Rousseau--BTZ