Berliner Tageszeitung - Coupe d'Europe: la Rochelle au défi des joueurs "magiques" du Racing 92

Börse
Euro STOXX 50 2.21% 3417.81
DAX 1.83% 12437.57
Goldpreis 0.94% 1718.1 $
MDAX 1.76% 23077.7
SDAX 1.94% 10859.99
TecDAX 2.07% 2773.9
EUR/USD 0.51% 0.9877 $

Coupe d'Europe: la Rochelle au défi des joueurs "magiques" du Racing 92




Coupe d'Europe: la Rochelle au défi des joueurs
Coupe d'Europe: la Rochelle au défi des joueurs "magiques" du Racing 92 / Foto: © AFP

"Magiques", "menaçants"... Les joueurs de La Rochelle craignent autant qu'ils admirent leurs adversaires du Racing 92: pour atteindre leur deuxième finale d'affilée en Coupe d'Europe, ils comptent leur opposer dimanche à Lens un énorme défi physique.

Textgröße:

Lors du quart de finale des Franciliens contre Sale (41-22), on n'a vu qu'eux: Teddy Thomas, auteur d'un essai de grande classe après avoir flirté avec la ligne de touche, Finn Russell, chanceux sur un rebond à la suite d'un coup de pied à lui-même, Juan Imhoff, qui a plongé dans l'en-but au terme d'une course folle, et Max Spring, à la conclusion d'un superbe relais entre Virimi Vakatawa et Ibrahim Diallo.

En Coupe d'Europe cette saison, le Racing 92 a marqué six essais sur des contre-attaques, plus que toute autre équipe, soit 35% de ses essais lors de cette campagne 2021/2022.

"Le Racing est énorme, ils sont très menaçants: Teddy Thomas, Finn Russell, Max Spring... C'est incroyable de les regarder jouer", souligne, admiratif, le troisième ligne néo-zélandais de La Rochelle, Victor Vito.

Pour l'ailier sud-africain des Maritimes Raymond Rhule, "si tu ne sais pas comment t'y prendre avec eux, si le ballon ne tombe pas du bon côté, tu prends 40 points".

- Arguments -

"L'essai de Teddy Thomas est un truc de fou, c'est l'essai du week-end pour moi!", souligne-t-il.

"Ils sont très dangereux en attaque, avec des joueurs capables de partir de rien pour marquer des essais", abonde le troisième ligne sud-africain du club à la Caravelle, Wiaan Liebenberg, qui avoue aussi être "fan" de son homologue Wenceslas Lauret.

Pour Vito, le danger ne vient pas que des trois-quarts du Racing: "Ils ont également une bonne charnière qui arrive à bien gérer les rucks, ils ont des gratteurs partout..."

Et en mêlée, les Racingmen sont à... 100% de réussite (22 gagnées, plus que toute autre équipe de la compétition).

Face à tout ça, les Maritimes ont des arguments, notamment ceux d'un pack très puissant et expérimenté: Pierre Bourgarit (105 kg, 5 sél.), Uini Atonio (145 kg, 44 sél.), Dany Priso (110 kg, 15 sél.), Gregory Alldritt (115 kg, 31 sél.), Victor Vito (112 kg, 33 sél.)...

"A chaque fois qu'on joue contre le Racing, le match est très physique", estime justement Vito, qui se souvient d'avoir terminé toutes ses confrontations face au club francilien "mort au niveau du cardio".

- "Comme une finale" -

"On a beaucoup regardé leurs rucks car ils mettent beaucoup de pression dans ce secteur, on a mis notre plan en place pour que nos ballons soient propres dimanche", explique Liebenberg. De ce côté là, les Maritimes n'ont pas à rougir: ils sont à plus de 97% de rucks gagnés, le plus fort ratio de la compétition.

Aux Rochelais donc de "prendre ce match comme une finale" et de "rester concentrés" tout le long du match: "si on arrive à bien les tenir, on pourra mettre en place notre jeu", avance Rhule.

Car ce serait un "échec si on n'atteignait pas cette finale: on veut gagner, ce n'est pas une parole en l'air", assène Vito, qui partira à la retraite dans quelques semaines.

Cette demi-finale pourrait être en effet pour plusieurs Rochelais leur dernier match en Coupe d'Europe, compte tenu du nombre de départs à la fin de la saison.

Or, au sein de l'équipe, "il y a beaucoup de respect entre nous, donc on veut tout faire pour ceux qui partent et eux veulent tout faire pour le club", confie Liebenberg, un autre futur retraité.

Avant d'ajouter: "on veut bien terminer la saison, qu'il se passe quelque chose de spécial car notre groupe est très spécial".

L. Brown--BTZ