Berliner Tageszeitung - Tennis: sans Nadal, la route de Rome est ouverte

Börse
Goldpreis 0.18% 1857.3 $
Euro STOXX 50 1.8% 3808.86
SDAX 1.06% 13695.42
MDAX 1.07% 29749.55
DAX 1.6% 14462.19
TecDAX 2.59% 3178.93
EUR/USD 0.06% 1.0739 $

Tennis: sans Nadal, la route de Rome est ouverte




Tennis: sans Nadal, la route de Rome est ouverte
Tennis: sans Nadal, la route de Rome est ouverte / Foto: © AFP

La défaite du tenant du titre Rafael Nadal jeudi à Rome a dégagé la voie pour le nouveau favori Novak Djokovic, qui joue son quart de finale vendredi, mais gare à l'appétit d'Alexander Zverev ou Stefanos Tsitsipas, premiers qualifiés pour les demi-finales.

Textgröße:

Sans le phénomène Carlos Alcaraz, absent à Rome pour mieux préparer Roland-Garros (22 mai-5 juin), et désormais sans Nadal, l'empereur aux dix sacres sur le Foro Italico mais sorti de scène en boitant bas, le Serbe peut envisager un sixième titre sur la terre battue romaine. Et un premier trophée en 2022, année commencée un faux-départ avec sa rocambolesque expulsion d'Australie pour défaut de vaccination.

"Nole" tentera de rallier le dernier carré en soirée face au Canadien Felix Auger-Aliassime (9e), 21 ans, un adversaire qu'il n'a jamais rencontré. Une victoire l'assurerait en outre de conserver sa place de N.1 convoitée par Daniil Medvedev.

Mais les candidats pour reprendre la couronne abandonnée par Nadal ne manquent pas, à commencer par l'autre ancien vainqueur à Rome encore en lice: Zverev, sacré en 2017, vainqueur sans grandes difficultés du Chilien Cristian Garin (45e mondial) 7-5, 6-2.

L'occasion pour l'Allemand de 25 ans d'avoir une pensée pour Nadal, apparu très diminué à un peu plus d'une semaine du début de Roland-Garros: "Je suis désolé pour Rafa. J'espère qu'il ira bien, il a dix jours pour pouvoir jouer à Paris", a-t-il souligné.

- Troisième demie Zverev-Tsitsipas en moins d'un mois -

En demi-finale, le N.3 mondial retrouvera Stefanos Tsitsipas (5e), tombeur de Jannik Sinner (13e), celui qui portait les espoirs italiens en l'absence de Matteo Berrettini (8e), récemment opéré d'une main.

Sur un court central chauffé à blanc par le soleil quasi estival et un public tout acquis à la cause de son adversaire, le Grec de 23 ans a souffert face aux amorties millimétrées de l'Azzurro de 20 ans.

Mais il a su se montrer solide au service à la fin d'un premier set ultra-serré pour empocher le tie-break, puis dérouler dans le second face à un Sinner diminué 7-6 (7/5), 6-2.

Ce sera la troisième demi-finale en moins d'un mois entre Zverev et Tsitsipas: à Monte-Carlo, en avril, le Grec l'avait emporté (6-4, 6-2) avant de gagner le tournoi pour la deuxième fois; à Madrid, la semaine dernière, c'est l'Allemand qui s'était imposé (6-3, 3-6, 6-2) avant de perdre en finale contre Carlos Alcaraz.

"C'est un joueur qui me pose beaucoup de défis. Il est difficile à battre et a beaucoup d'expérience", a commenté Tsitsipas.

Dans le troisième quart de finale du jour, le Canadien Denis Shapovalov, tombeur la veille de Nadal, a chuté face à Casper Ruud en deux sets accrochés 7-6 (9/7), 7-5.

Le Norvégien affrontera pour une place en finale Djokovic ou Auger-Aliassime.

- 26 de suite pour Swiatek -

Chez les dames, la N.1 mondiale et tenante du titre Iga Swiatek court à grandes enjambées vers une cinquième finale en cinq tournois après avoir dominé 7-6 (7/2), 6-0 la Canadienne Bianca Andreescu (90e) en quarts.

Swiatek rencontrera en demi-finale la Bélarusse Aryna Sabalenka, tête de série N.3, pour une répétition de la finale de Stuttgart, fin avril, qui avait vu la Polonaise de 20 ans remporter son quatrième tournoi de rang après Doha, Indian Wells et Miami.

L'ex-lauréate de Roland-Garros (en 2020), tenante du titre sur la terre battue romaine, n'a pas encore lâché de set cette année sur les bords du Tibre pour porter sa série de victoires à 26 de rang.

Depuis 2000, seules Venus Williams (avec un record à 35), Serena Williams et Justine Henin ont fait mieux: "Etre dans ce groupe, c'est un rêve devenu réalité. Je suis plutôt contente de ça parce que la régularité est la chose que je voulais vraiment travailler l'an dernier".

N. Nilsson--BTZ