Berliner Tageszeitung - MotoGP: Quartararo veut confirmer son renouveau en Espagne

Börse
Goldpreis -0.14% 1943.9 $
DAX 0.11% 15150.03
TecDAX -0.01% 3203.45
Euro STOXX 50 0.1% 4178.01
SDAX 0.52% 13303.15
MDAX 0.98% 29075.86
EUR/USD -0.17% 1.0874 $

MotoGP: Quartararo veut confirmer son renouveau en Espagne




MotoGP: Quartararo veut confirmer son renouveau en Espagne
MotoGP: Quartararo veut confirmer son renouveau en Espagne / Foto: © AFP

Après son succès à Portimao le week-end dernier, Fabio Quartararo aborde le Grand Prix d'Espagne avec une confiance retrouvée et l'ambition de prendre de l'avance dans un championnat MotoGP plus ouvert que jamais, avec quatre vainqueurs lors des cinq premières courses de la saison.

Textgröße:

"El Diablo" retrouve un circuit qui lui réussit bien. Il y a signé ses deux premières victoires en MotoGP, en 2020, lors des Grands Prix d'Espagne et d'Andalousie courus consécutivement à cause du Covid.

Plus impressionnant encore, depuis 2019, le champion du monde MotoGP en titre s'est toujours élancé en pole position.

"À Portimao, nous avons eu de la chance car le circuit convient bien à notre moto", a-t-il reconnu. Avant d'enchaîner, confiant: "Jerez est un autre de ces circuits qui jouent sur nos points forts. L'année dernière, j'aurais pu gagner facilement s'il n'y avait pas eu mon problème au bras. Je vais essayer à nouveau cette année !"

En 2021, il était en effet bien parti pour remporter la course après avoir décroché la pole position et signé le meilleur tour en course, mais en proie à un problème musculaire à un bras (syndrome des loges) qui avait requis ensuite une opération, il avait fini 13e.

- Manque chronique de vitesse -

"Quarta" aborde l'édition 2022 du GP d'Espagne en leader du Championnat du monde avec 69 points, ex-aequo avec Alex Rins (Suzuki). Si l'Espagnol fait preuve d'une régularité impressionnante depuis le début de saison -quatre fois dans le top 5-, il n'a pas souvent brillé en Andalousie, avec un seul podium (2e en 2019) en quatre participations.

Les deux pilotes devancent l'Espagnol Aleix Espagarago (Aprilia), qui a signé sa première victoire en Argentine au début du mois, 3e à trois unités et l'homme en forme du début de saison, l'Italien Enea Bastianini (Ducati) 4e à huit longueurs.

Vainqueur des GP du Qatar et des Amériques, Bastianini a chuté au Portugal, ce qui lui a fait perdre la tête du championnat, mais il reste en embuscade sur un circuit qui ne semble pas taillé pour faire briller la puissance des Ducati.

Le circuit Angel Nieto, situé dans une petite vallée du sud-ouest andalou près de Jerez de la Frontera, est long de 4,4 km. La plus longue ligne droite mesure 607 mètres, un moindre mal pour Quartararo et sa Yamaha en manque chronique de vitesse de pointe.

- Les Ducati d'usine mal en point -

Le Français Johann Zarco (Pramac Ducati), 5e du classement général avec 51 points, tentera d'enchaîner un deuxième podium après le Portugal où il a fini deuxième, une performance qu'il n'a plus reproduite Jerez depuis 2018.

Les deux pilotes officiels Ducati, Jack Miller et Francesco Bagnaia, très compétitifs la saison dernière, sont en délicatesse avec leur machine cette année.

Ils se partagent la 9e place du général avec 31 points et ne seront pas forcément avantagés par ce tracé, même si Jerez leur avait parfaitement réussi en 2021, où ils ont fini avec un doublé aux deux premières places.

Marc Marquez totalise également 31 points, après avoir manqué les manches en Indonésie et Argentine sur blessure. Le sextuple champion du monde MotoGP avait déjà raté quatre courses en 2021 mais surtout l'intégralité de la saison 2020 après une très lourde chute à... Jerez lors du tout premier weekend de course.

Son retour à Jerez est donc attendu, lui qui oscille depuis près d'un an entre résurrection et désillusion. Vainqueur en série du GP des Amériques et d'Emilie-Romagne en fin de saison dernière avant d'être à nouveau contraint à une absence pour pépin physique, il n'a pour l'instant pas fait mieux que 5e en 2022 (Qatar). Décevant pour celui qui a marché sur la discipline de 2013 à 2019...

H. Müller--BTZ