Berliner Tageszeitung - Rwanda: le prince Charles a rencontré Paul Kagame

Börse
Goldpreis 0.31% 1812.9 $
Euro STOXX 50 -0.19% 3448.31
DAX 0.23% 12813.03
MDAX 0.05% 25837.25
SDAX 0.41% 11930.6
TecDAX 0.31% 2894.52
EUR/USD -0.55% 1.0426 $

Rwanda: le prince Charles a rencontré Paul Kagame




Rwanda: le prince Charles a rencontré Paul Kagame
Rwanda: le prince Charles a rencontré Paul Kagame / Foto: © AFP

Le prince Charles a rencontré mercredi le président rwandais Paul Kagame, après avoir visité le mémorial du génocide de 1994 à Kigali, où l'héritier de la couronne britannique doit participer à une réunion des dirigeants du Commonwealth.

Textgröße:

Cette rencontre intervient une dizaine de jours après que la presse a rapporté l'opposition du prince de Galles à un projet controversé du gouvernement britannique d'expulser vers le Rwanda des migrants arrivés illégalement au Royaume-Uni.

Selon le quotidien The Times, le prince de 73 ans a exprimé à plusieurs reprises en privé son désaccord avec ce dispositif d'expulsion qu'il juge "consternant" et dont il craint qu'il n'éclipse la réunion des chefs de gouvernement du Commonwealth (CHOGM), qui se tient vendredi et samedi et où il représente sa mère la reine Elizabeth II.

Arrivés mardi à Kigali, le prince Charles et son épouse Camilla ont été reçus par Paul et Jeannette Kagame au complexe présidentiel d'Urugwiro. Ils ont posé pour les photographes avant un entretien privé.

Le couple royal avait auparavant visité le mémorial du génocide de 1994, où ils ont déposé une couronne de fleurs blanches et se sont entretenus avec des survivants des massacres qui ont fait 800.000 morts, principalement de la minorité Tutsi.

A Londres, le gouvernement britannique a présenté mercredi au Parlement un projet de loi permettant d'outrepasser la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH), dont une décision le 14 juin avait bloqué à la dernière minute le départ du premier avion transportant des migrants vers Kigali.

Ce programme d'expulsion a été condamné par de nombreuses ONG de défense des droits de l'homme et l'ONU et l'Eglise anglicane, qui l'a qualifié d'"immoral".

L. Brown--BTZ