Berliner Tageszeitung - Cuba: le bilan de l'explosion de l'hôtel Saratoga monte à 42 morts

Börse
Goldpreis -0.22% 1861.3 $
EUR/USD -0.22% 1.0714 $
TecDAX -1.07% 3059.98
SDAX -1.4% 13245.27
Euro STOXX 50 -1.67% 3647.56
MDAX -1.93% 28894.33
DAX -1.84% 13919.75

Cuba: le bilan de l'explosion de l'hôtel Saratoga monte à 42 morts




Cuba: le bilan de l'explosion de l'hôtel Saratoga monte à 42 morts
Cuba: le bilan de l'explosion de l'hôtel Saratoga monte à 42 morts / Foto: © AFP

Les corps de deux voisins, une femme de 77 ans et un homme de 55 ans, ont été retirés mardi des décombres de l'hôtel Saratoga de La Havane, portant le nouveau bilan provisoire de l'explosion accidentelle au gaz à 42 morts.

Textgröße:

Selon le ministère de la Santé, 54 personnes ont aussi été blessées dans l'explosion, survenue vendredi matin, et 17 d'entre elles sont encore hospitalisées.

L'hôtel Saratoga, emblématique de la vieille Havane, était fermé depuis deux ans en raison de la pandémie et se préparait à rouvrir au public ce mardi, après des travaux. Les quatre premiers étages de l'établissement cinq étoiles ont été soufflés par l'explosion, au moment où un camion-citerne le ravitaillait en gaz.

Sur les 51 employés présents sur place au moment du drame, 23 ont été tués, trois restent hospitalisés et 22 ont pu sortir de l'hôpital, a indiqué mardi en conférence de presse Roberto Enrique Calzadilla, délégué de l'entreprise touristique Gaviota, détenue par l'armée cubaine.

Trois employés restent portés disparus: "deux serveuses et un cuisinier", a-t-il précisé.

Les premières constatations ont montré que la structure de l'hôtel a été "affectée à 80%" par la déflagration, selon M. Calzadilla.

Le Saratoga est connu pour avoir accueilli plusieurs célébrités ces dernières années, dont Mick Jagger, Beyoncé et Madonna.

Construit en 1880 pour abriter des magasins, le bâtiment a été transformé en hôtel en 1933 et est devenu un établissement de luxe en 2005.

Le tourisme est la principale activité économique de Cuba, après la vente de services médicaux, et peine à se relever de la pandémie de coronavirus.

A. Lefebvre--BTZ